Tribune libre





Sur cette page, je vous offre un espace de partage et d’expression pour que vous puissiez parler de votre couple, de vos problèmes mais aussi et surtout de vos joies et de vos expériences personnelles.

Vous pouvez aussi y poser les questions auxquelles vous souhaitez que je réponde.

Donc à vos plumes !

Je vous enjoins à prendre connaissance notre charte de publication, afin de vous assurer du respect de cette dernière avant de poster un commentaire.

En vous remerciant pour vos commentaires.

2 réflexions au sujet de “Tribune libre

  1. Bonsoir,
    Je suis tombé sur votre site web en cherchant des termes liés au couple dans google.
    Votre site est tout neuf et pas encore très garni, mais l’essentiel s’y trouve.
    Je n’ai pas vu de liens payants, de remèdes payants, de ebooks payants, et j’ai l’impression (peut-être puis-je me tromper) que malgré vos expériences, vous ne tentez pas de vous enrichir en profitant de la détresse des autres.
    Car oui, je suis en détresse. J’ai essayé plein de trucs, je ne sais plus comment me sortir de ce merdier.
    Je résume l’histoire de mon couple en quelques lignes.
    On se rencontre il y a 14 ans, 1er jour de l’année 1. On s’installe rapidement ensemble.
    Elle finit ses études, je travaille. On s’embrasse, on fait l’amour : le bonheur.
    Premier hic : j’éjacule prématurément et à tous les coups (malgré l’anonymat, je m’y reprends à plusieurs fois pour écrire le terme tellement j’en ai honte). C’est la galère, mais je suis jeune, je peux rapidement remettre le couvert. Cependant, cela crée une limite qui pousse mon épouse à faire attention… trop attention.
    C’est pas grave. On s’aime.
    2ème hic, j’attrape la mononucléose, maladie bénigne mais qui fatigue énormément, dure plusieurs semaines et s’attrape… par les baisers profonds ! Ma femme refuse pendant plusieurs semaines de m’embrasser. Aujourd’hui encore, le baiser profond nécessite une situation exceptionnelle.
    Année 2, et nous entrons dans une spirale infernale. Nous faisons de moins en moins l’amour. Je suis frustré, pas elle.
    Je me ballade sur internet, je télécharge des vidéos explicites, je me masturbe, ça me détend. Elle s’en rend compte, ça ne la détend pas. Ouille. Nous nous disputons, nous discutons, nous parlons de rupture. Puis nous nous reprenons, et elle accepte de m’accompagner chez un psychiatre sexologue qui reçoit des couples. Premier rdv raté car le thérapeute n’avait pas correctement noté le rdv. Je fonds en larmes et en colère. Nous nous revoyons 2 semaines plus tard. Nous parlons, mais c’est un échec. Elle se sent accusée de tous les maux de notre couple. Nous stoppons mais nous allons voir quelqu’un chacun de notre côté. L’effet est nul pour moi (ou alors je ne me suis pas rendu compte d’éventuels changements). Pour elle, elle s’accepte enfin dans de la belle lingerie, que je ne vois presque jamais.
    Elle me promet plusieurs fois que ça va changer, mais c’est surtout parce que j’ai insisté pour obtenir ces promesses. Années 3-4-5-6 nous ne faisons quasiment jamais l’amour, j’en souffre, j’en parle, elle se bloque, on se dispute, etc… Année 6-7, nous faisons un peu plus (mais pas tant que ça) car nous voulons un enfant. Nous nous aimons, et j’estime que ce problème de sexe pourra être résolu plus tard. Elle tombe enceinte. Elle nous donne mon premier fils. Puis on ne fait plus rien. Après la grossesse, j’estime que ce n’est pas grave… Année 8-9… Nous faisons l’amour en période d’ovulation, elle tombe enceinte, elle accouche de mon second fils. C’est très dur pendant 2 ans. Ensuite cela va mieux mais nous ne faisons toujours pas l’amour…….12-13-14 : Nous faisons l’amour après de longues périodes de plaintes de ma part, environ 3, voire 4 fois par an.
    Je suis frustré, je n’en peux plus.
    Je suis toujours éjaculateur précoce, je me masturbe toujours, elle se braque immédiatement lorsque j’en parle, elle est totalement bloquée et refuse catégoriquement d’aller (re)voir un spécialiste.
    Je ne veux pas divorcer. Je l’aime pour plein d’autres choses, mais ce manque me pèse…
    Que faire ? Que me conseillez-vous ?
    Je me suis livré à vous car je ne vous connais pas, mais quelle difficulté de parler de tout ça !
    Nous sommes en apparence un couple si parfait, nous avons acheté et retapé 2 maisons et nous avons le projet de construire THE maison de famille…
    Les forums de discussion me dépriment : « quitte la », « ca ne s’arrangera jamais », « c’est de ta faute si elle ne prend pas de plaisir et si elle a perdu son désir », « fais lui lire des histoires cochonnes », « fais le ménage », « emmène la au restau », « elle est asexuelle c’est comme ça », « prends une maitresse » blablabla…
    Pas besoin d’avoir envie de faire l’amour pour qu’on aille au restaurant. On partage les corvées quotidiennes depuis le début. Une maitresse, oui j’y ai pensé, de la masturbation en un peu mieux, et pour être tout à fait honnête je ne me sens pas assez bien pour trouver une autre femme et bon c’est compliqué, ce n’est pas forcément ce que je veux, même si parfois j’en aurais très très très envie ! Je deviens obnubilé par la pensée du sexe, obsédé. … Au secours. Merci d’avance pour votre réponse.

    • Bonjour,
      Tout d’abord, je souhaite vous remercier pour votre témoignage et le courage dont vous faites preuve.

      Effectivement, je débute ce blog avec passion et j’y investi le maximum de mon temps libre. Toutefois au risque de vous décevoir, je compte le monétiser rapidement car il représente ma seule source de revenu. J’ai une famille nombreuse à nourrir. Je ne le crée pas du tout dans l’intention de m’enrichir financièrement, mais d’enrichir les autres en donnant le meilleur de moi-même et de mon expérience personnelle. Dans cet état d’esprit, je vais publier un très grand nombre de contenus gratuits afin d’aider au mieux mes lecteurs. Ma plus belle rétribution sera dans les retours positifs de mon public. Vous comprendrez surement que consacrant mon temps et mon énergie ici, je ne peux avoir une activité rémunératrice ailleurs et qu’il est donc logique que je puisse tout simplement en vivre.

      Votre histoire me touche énormément, on sent au travers de vos mots votre amour réciproque. Vous avez donc une base solide pour sortir de cette situation douloureuse.

      Pour commencer faites une totale abstraction des commentaires qui vous ont été donné dans les forums, ni la culpabilité, ni les jugements et les conseils douteux ne vous aiderons.

      Les solutions résident dans votre couple, dans la force de votre amour, votre capacité à communiquer et à vous remettre en question pour envisager les choses différemment.

      Votre objectif est de retrouver une vie sexuelle épanouissante au sein de votre couple, car l’on sent bien que c’est la seule chose importante qui manque à votre bonheur.

      A mon sens, deux problèmes y font obstacles : votre éjaculation précoce et le manque d’appétit sexuel de votre conjointe. Les deux sont probablement interdépendants. Je m’explique :
      En premier, je tiens à vous préciser que concernant votre éjaculation précoce, vous ne devez ressentir aucune culpabilité, il n’y a pas de faute, vous êtes comme ça. L’accepter en tant que tel est un premier pas vers une amélioration. Vous devez vous défaire de ce sentiment de honte qui vous habite, car il empire la situation et ne vous aide en rien. Savez-vous qu’un homme sur cinq souffre de ce trouble ?

      Ceci étant posé, voici ce que mon expérience personnelle avec un de mes compagnons souffrant de ce trouble m’a permis de comprendre et comment cette expérience me donne une approche de vos problèmes.

      Ma première expérience m’a pratiquement conduite dans la situation ou votre couple se trouve. Je souffrais de l’éjaculation précoce de mon partenaire, non pas parce qu’il n’était pas en mesure de me faire jouir, mais simplement parce que mon besoin de pénétration était plus important que sa capacité personnelle à me pénétrer dans la durée. Au final, j’ai éprouvé une immense frustration sans pour autant avoir le désir d’un autre partenaire. Cette situation m’a conduite inconsciemment à ne plus avoir envie de faire l’amour, pourtant je ne suis pas asexuelle. Je me suis simplement coupée de ma sexualité pendant un temps. J’étais incapable de lui parler de ma frustration car je ne voulais pas le blesser. Nos relations sexuelles se sont progressivement espacées, mon compagnon a commencé a en souffrir, puis il a fini par m’être infidèle. Cette infidélité a été pour moi un électrochoc ! Soit nous nous séparions, soit nous trouvions une solution a son trouble et au mien. Nous n’avions pas envie de nous séparer, nous nous sommes donc mis en quête de solutions.
      C’est seulement a ce moment là que j’ai pris conscience de ce que je viens de vous raconter. En fait, nous n’avions aucun recul sur notre sexualité et avions beaucoup de mal a en parler.
      Son infidélité nous a mis au pied du mur, et nous a permis d’enfin nous dire ce que nous ressentions en toute sincérité. Je vous avouerai qu’il a été très difficile pour moi de comprendre et d’accepter pourquoi je n’avais plus aucun désir. Ma peur de blesser mon partenaire et d’aggraver la situation ont constitué un véritable obstacle à la compréhension de ce que je ressentais. C’est la peur de le perdre qui m’a permis de dépasser la peur de le blesser. Attention, je ne vous conseille en aucun cas de prendre une maitresse, vous ne feriez que compliquer la situation, vous n’avez pas forcément besoin d’en passer par là.
      Le fait d’avoir conscience de ce qui m’arrivait m’a libéré et m’a permis petit à petit de retrouver ma libido.

      Je ne dis pas que votre compagne éprouve le même type de peur ou quelque chose d’approchant parce que chaque situation et chaque personne est différente. Mais peut être que mon expérience peut vous donner une piste pour comprendre votre situation. Il vous reste donc à l’explorer, car il y a une possibilité que son manque de désir provienne de votre trouble.

      Gardez bien à l’esprit qu’il n’y a pas de faute ni de votre part, ni de sa part, vous êtes simplement confrontés à un problème à résoudre et dont vous voulez vous débarrasser parce qu’il vous fait souffrir. La force de votre amour doit vous permettre de sortir de vos peurs, vous aider à dépasser vos jugements et vos croyances pour accepter simplement votre situation et y faire face.

      Vous devez tous les deux comprendre ce qui vous arrive et ce que vous ressentez et être en capacité d’en parler ensemble sans jugement et sans tabous, en cela un psy pourrait vous être utile, si vous n’y arrivez pas seuls. Le but étant de vous ouvrir l’un à l’autre sur vos ressentis, vos peurs et vos souffrances afin de vous en libérer et de créer entre vous un lien d’empathie et de compréhension mutuelle. Ce lien vous servira également a expérimenter des solutions et trouver celles qui vous correspondent.

      Ceci étant dis, j’espère que cela pourra vous aider, bien sûr si vous avez des questions n’hésitez pas à me les poser.

      Concernant votre trouble d’éjaculation précoce, je prépare mon prochain article voir un e-book sur le sujet pour vous aider et aider tous ceux qui sont touchés par ce problème. Car a moins que votre trouble soit d’origine physique (ce qui est rare), il existe des solutions efficaces pour y remédier, d’ailleurs mon ex-compagnon y est parvenu avec, en quelques mois . Vous débarrasser de ce trouble est à mon avis essentiel, car il constitue un véritable handicap à votre épanouissement. Confidence pour confidence, les hommes qui ont vaincu leur éjaculation précoce sont beaucoup plus performants dans leurs rapports sexuels que ceux qui n’ont jamais eu à le faire, car au final, il maîtrise bien mieux leur sexualité.

      J’envisage également en suivant un article sur le manque de désir sexuel chez la femme.

      En attendant, je vous invite si vous ne l’avez pas encore fait, à télécharger ici mon e-book gratuit sur les disputes dans le couple et comment y mettre un terme, ainsi vous serez inscrit sur mes listes et serez informé de mes nouvelles publications.

      Pensez bien que même si dans un premier temps vous n’arrivez pas à communiquer correctement avec votre conjointe, vous pouvez avancer vers une solution de votre côté. Chaque pas que vous faites vous rapproche de la victoire, et même si parfois cela semble être un échec, vous pouvez extraire de cette expérience la clé à vos difficultés.

      Courage ! Et je sais que vous en avez.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :