Attentats et si nous étions responsables ?

Nous sommes tous choqués voir sidérés par les attentats de Paris.

L’horreur nous a frappé en plein visage. Cette gifle innommable, nous a tous profondément blessé.

Du plus jeune au plus vieux, du plus fort au plus faible, du plus riche au plus pauvre, du plus serein au plus agité, nous sommes tous réunis dans la souffrance de cette épreuve.

Envahis par nos émotions de colère tout d’abord, puis de peur inévitablement, nous prenons conscience du sentiment d’insécurité créée par ces événements.

Cette insécurité nous habite et nous domine, elle nous perd dans nos choix, recréant à chaque instant de la peur, peut être même des sentiments de haine et surement d’injustice.

Nous entrons dans le cercle infernal de nos émotions, de nos sentiments et de nos pensées.

Piégés par cette ronde délétère, nous constatons notre impuissance.

Impuissants a gérer ce qui se passe en nous, impuissants a gérer notre monde extérieur.

D’autant que l’on nous le dit bien partout : la menace est toujours présente et nous ne savons pas vraiment comment l’éliminer parce que sa nature est insidieuse et sournoise. On le sait, elle peut encore frapper par surprise.

La presse, les journaux, la télévision et internet  parlent partout des attentats, affichant l’horreur, la douleur et entretenant au passage la psychose générale, jetant le trouble dans nos esprits.

Même si les moyens mis en œuvre se veulent rassurant, au fond de nous le doute subsiste. Une petite voix qui nous dit que les choses ne vont certainement pas en rester là.

Traumatisés que nous sommes nous n’osons même pas imaginer ce qui pourrait advenir.

Pas de doute, il faut agir après les attentats !

Attendre dans cet état émotionnel que la bonne nouvelle tombe et que les infos nous annonce : ça y est c’est fini, le problème est réglé, la menace est anéantie, peut prendre du temps beaucoup de temps….

Attendre dans cet état, c’est proclamer la victoire de notre ennemi sur nous même, c’est accepter notre défaite et nous soumettre, car c’est ce qu’il attend de nous.

Croire que nous sommes impuissants face aux évènements qui se déroule est une erreur bien naturelle. Perturbés que nous sommes par l’horreur de la situation.

Submergés par le flot de nos émotions, notre clarté d’esprit est troublé.

Nos émotions nous apportent un flot d’énergie qui normalement nous pousse à agir afin de sortir de cette situation dangereuse.

Un peu comme quand vous posez la main sur quelque chose de très très chaud, en ressentant les premiers signes de la douleur, instinctivement vous allez retirer votre main.

Sauf que comme nous n’avons aucune idée de comment éliminer la menace, nous restons impuissants et stupéfiés.

En quelques sortes, c’est comme si notre main restait collée sur la source de chaleur sans que nous puissions la retirer. Nous nous sentons piégés.

Dans les situations physiques, il est plus simple d’envisager des solutions, comme éteindre la source de chaleur.

Dans les situations émotionnelles les choses se compliquent, on est pas toujours conscient de comment on peut éteindre la source de notre perturbation émotionnelle.

Nous avons l’énergie pour agir, il nous faut donc trouver comment passer à l’action pour se sentir mieux.

Voici comment en 4 étapes vous allez pouvoir vous mettre en action et sortir du traumatisme des attentats.

 

 La première étape consiste à prendre conscience de la situation dans laquelle nous nous trouvons.

En d’autres termes, nous devons analyser nos processus mentaux, nos pensées et nos émotions.

C’est ce que nous venons de faire ensemble dans ce que je vous ai expliqué plus haut. Bien sûr cela reste à peaufiner pour chacun d’entre nous. Nous avons tous une sensibilité différente.

Comprendre comment nous souffrons peut être libérateur, si nous connaissons le processus qui nous amène a être perturbé nous pouvons mieux le contrôler.

Certaines de nos pensées amplifient notre malaise. Nous devons apprendre à les identifier et a détourner notre esprit de ce type de pensées génératrices d’émotions perturbatrices.

Un petit conseil ne tentez pas de les refouler, vous risqueriez de les amplifier.

La solution : occuper son esprit à autre chose. Adonnez-vous a une passion, écoutez une musique qui vous fait vibrer, bref faites quelque chose que vous aimez et qui va vous faire du bien. Ainsi, vous passerez plus facilement à autre chose.

Vous devez apprendre a maîtriser votre mental. Pour ce faire, vous pouvez apprendre la méditation dont on ne dira jamais assez tous les bienfaits votre l’équilibre.

La deuxième étape consiste à correctement identifier nos émotions et nos sentiments et à les nommer pour pouvoir mieux les accepter.

Accepter vos émotions sans jugement, en ayant de la compassion et de la compréhension pour ce que l’on ressent est fondamental.

Il n’y a pas de honte à être en colère ou à ressentir de la haine, à avoir peur. Cela ne fait pas de vous une mauvaise personne. Vous êtes tout simplement humain. Ce qui compte c’est ce que vous allez faire de ses émotions et des ses sentiments, pour vous et pour les autres.

L’absence de jugement envers vous même, vous ouvre à vous même et vous aide à mieux vous connaître et à mieux vous comprendre. C’est une excellente façon de renouer avec soi et d’apprendre à s’aimer.

Quand nous avons de l’amour envers nous même, nous pouvons l’offrir plus facilement à l’autre.

Donc vous l’aurez compris, ne vous jugez pas, soyez-vous même et acceptez vous tel que vous êtes.

Si vous souhaitez pouvoir utiliser l’énergie que vous apportent certaines émotions, leurs acceptations est une étape essentielle.

En effet, l’acceptation va transmuer votre émotion, vers les aspirations les plus nobles de votre être.

L’énergie qu’elle vous donne va vous porter pour réaliser des actions constructives.

L’acceptation va vous permettre de vous ouvrir aux autres.

L’analyse de vos émotions et sentiments va vous aider pour en parler, vos mots seront plus justes et plus clairs.

L’étape 3 consiste à libérer la parole.

Parler des attentats de Paris et de ce que l’on éprouve.

Partager avec ses proches ce que l’on ressent est libérateur. Formuler ce qui nous préoccupe permet de prendre du recul, de mieux comprendre notre situation et de l’accepter.
Bien souvent on se rend compte aussi en entendant le témoignage des autres que l’on est pas si différent.

Cela libère des tensions, les autres sont ainsi informés de ce que l’on ressent. Car votre entourage vous aime et ils se sentiront mieux s’ils comprennent ce qui vous arrive.

Egalement, l’expression de nos émotions et de nos ressentis dans l’échange nous permet de relativiser leurs importances. Souvent, nous avons tendances à grossir un événement qui nous touche.

En parler, va vous aider à lui redonner sa juste place.

L’étape 4, maintenant vous êtes prêt(e) à passer à l’action.

Si vous avez bien réalisé les étapes précédentes, vous devriez avoir de l’énergie et de l’amour à revendre.

Ca tombe bien vous allez pouvoir l’utiliser !

En premier lieu, en prenant soin de vous. Vous venez de vivre un traumatisme, vous avez besoin d’attention et de soin. Chouchoutez vous pour panser vos plaies. Faites ce qui va vous faire du bien.

Offrez-vous une séance de massage, allez le coiffeur, faites des choses qui libère le stress que vous avez emmagasiné dans votre corps.

Car votre tête va mieux, mais votre corps même si vous ne vous en êtes pas rendu compte à également souffert.

Maintenant que vous êtes frais (fraîche) et dispos(e), vous allez pouvoir prendre soin de votre entourage. Eux aussi on besoin d’attention et de soins.

Vous avez su vous libérer de vos émotions perturbatrices, vous serez donc à même de les aider psychologiquement. Vous les connaissez bien, vous saurez trouver les mots pour les apaiser. Surtout les plus jeunes, qui ne comprennent pas bien ce qui se passe, aidez les a exprimer leurs peurs et rassurer les.

Faites vous confiance, vous êtes plein(e) de ressources. Vous saurez écouter et trouver les mots justes.

Donnez vous le temps de réfléchir à comment vous allez vous y prendre, vous allez voir c’est magique, vous allez imaginer les meilleures solutions.

Je souhaite du fond du cœur que mes explications vous viennent en aide.

Si ce n’est pas le cas, peut être avez vous besoin d’une aide extérieure. Auquel cas, je vous invite à vous tourner vers un professionnel de santé adapté à vos besoins.

Si vous n’avez pas compris certaines de mes explications, je vous invite à poser vos questions dans les commentaires en dessous.

Nous aspirons tous à la paix.

La véritable paix se trouve à l’intérieur de nous même, et nous sommes seul à pouvoir assurer notre sécurité. Car la véritable sécurité est également à l’intérieur de nous, en cultivant une émotionnel stable et équilibré.

Le monde dans lequel nous vivons est en perpétuelle transformation, totalement impermanent.

Savoir l’accepter et décider de vivre notre vie de la meilleure façon qui soit, quoi qu’il nous arrive est la meilleure chose que nous puissions faire. Nous ne pouvons pas changer les évènements qui se produisent mais nous pouvons changer la façon dont nous les percevons, dont nous les vivons. Cela ne tient qu’a une décision.

Votre décision : de vivre heureux quoi qu’il arrive et de réaliser vos rêves.

Car le monde extérieur n’est que la somme des mondes intérieurs de l’humanité, de chacun d’entre nous. Nous créons notre réalité par nos actes, déterminés eux même par nos émotions et nos pensées.

En ce sens, nous sommes tous responsables des événements qui se déroulent dans nos vies, encore faut-il en prendre conscience. Attention, il ne s’agit pas là de culpabiliser, mais bien de prendre conscience du pouvoir que nous portons tous en nous.

Nous ne sommes pas personnellement responsables des attentats, des guerres et autres misères, mais notre état d’esprit peut contribuer à améliorer la situation.

Si nous voulons la paix, incarnons la paix.

Cherchons des solutions pour abandonner nos conflits internes, les conflits que nous entretenons avec les autres. Apaisons notre esprit et apaisons quand nous en avons l’opportunité celui des autres.

Refusons catégoriquement d’entrer dans les conflits quels qu’ils soient.

N’entrons pas en lutte. Car quand vous luttez contre quelque chose vous lui donnez de l’énergie de l’attention. En fait vous la renforcez !

Comme disait mère Térésa :

« Ne m’invitez pas à manifester contre la guerre car je ne viendrai pas. Mais si vous m’invitez à manifester pour la paix, j’y serai. »

Citation de Mère Térésa

Donnez votre énergie pour construire un monde meilleur.

Peut être cette article ne vous semble pas avoir sa place sur mon blog.

Détrompez-vous car la paix commence au seing de notre couple, de notre famille.

En éradiquant nos petits conflits quotidiens, comme les disputes de couple, nous nous créons de la paix. Nous créons de la paix pour le monde. Soyez bienveillant.

Si vous ne l’avez déjà fait vous pouvez télécharger mon guide offert pour vous aider à stopper vos disputes de couple en vous inscrivant ci-après :

En finir avec les disputes de couple


 

Créons nous de la paix pour nous, pour notre compagnon ou notre compagne, pour nos enfants, nos parents, nos proches.

Notre monde n’en sera que meilleur !

Si vous désirez en savoir plus sur le sujet, vous pouvez également consulter le blog de Matthieu Ricard et lire son dernier article en cliquant sur le lien ci-après :

Sortir de l’enfer grâce à la compassion

Et celui de Chantal Pecatte du blog Ambition et Réussite, qui nous parle avec son âme et ses tripes des attentats de Paris. Elle présente ici une facette de la solitude amie et de son rôle salvateur face à l’adversité.

Quel lien entre Paris en deuil et la solitude mon amie ?

Si vous cherchez une activité pour transmuter vos émotions, en voici une vraiment excellente et originale à découvrir :

Comment surmonter une épreuve grâce aux Tangkas

Vous pouvez également venir partager vos ressentis sur les attentats ou commenter cet article ci-après ou bien me demander des précisions.

5 réflexions au sujet de “Attentats et si nous étions responsables ?

  1. Merci Florence ! Je ne m’attendais pas à être citée dans ton article. Ton titre me parle d’autant plus que lors de l’attentat contre Charlie, j’ai écrit http://ambition-et-reussite.com/je-suis-charlie-et-si-la-violence-etait-ailleurs/ alors forcément, ton titre m’interpelle. Oui je pense que nous sommes co-responsables de tout ce qui se passe dans le monde et c’est en commençant par nous mettre en paix avec nous-mêmes que nous pourrons la diffuser tout autour de nous, comme la pierre qu’on lance dans l’eau et qui dessine des ronds à l’infini… En cela, nous pouvons agir ! Merci de cet article qui, comme tu le dis, est bien en lien aussi avec les conflits que peut connaitre un couple, une famille etc. A ce niveau, il y a encore beaucoup de travail à accomplir mais nous avons le pouvoir de le faire.

    • Bonjour Chantal,
      J’ai lu avec beaucoup d’attention ton article sur l’attentat de Charlie Hebdo. J’aime beaucoup ta vision et je suis pleinement en accord avec. Plus nous serons nombreux à nous éveiller à cette conscience et plus le monde se portera mieux. Pour moi l’évolution positive de notre monde commence individuellement et s’exprime au départ dans notre quotidien avec nos proches. Le couple est la base des relations à l’autre. Il est le modèle qui sert de construction à nos enfants, à l’avenir de notre société. Nous travaillons souvent sur nous pour nous même. Si cela n’améliore pas nos vies quotidiennes pour nous conduire vers la bienveillance dans nos interactions avec l’autre, alors à quoi cela sert-il ? Peut être à nous donner bonne conscience. Notre société est malade parce que la structure familiale est en souffrance et en perte de repères. Voilà tout l’objet de ce blog. 🙂

  2. Tout à fait d’accord ! Tout commence par le travail sur le soi ! D’abord la paix dans le couple, puis dans la famille et tout cela finit par s’étendre au reste du monde !
    Merci Florence pour cet article !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :